13.12.14

Cire

   Toute rigide et froide, cette cire en prison cylindrique. Lisse et solide, la raideur l'endort de ce sommeil cadavérique qui étouffe l'âme. Elle s'est allongée, assoupie sans force ni mouvement, fantôme de sa propre matière. Presque douce elle s'assouplit, sensuelle elle s'élève, se soulève ; la cire qui s'étire s'élance dans sa danse et s'élève, légère, mousseuse. Molécules savonneuses ; molécules phosphorescentes. Guirlande flottante, bulles en vol, écume dansante, c'est la cire en ébullition, le volcan qui... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 03:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13.12.14

Résurrection

Chair gisante. Les courants d’air hument, flairent, chérissent la chair endormie. Vibrations. La chair s’écorche, chatoyante ; les courants d’air se détachent, se délient en molécules aux danses fluides ; amplitude, fréquence, hauteur. Molécules qui se meuvent lentement, qui chuchotent leur mouvement. Elles touchent la chair ; elles l’approchent, l’enserrent. La couvrent, caressent, l’encerclent sans brusquerie. Liquides sur le corps chaud elles s’écoulent ; subtiles. Insufflent leur harmonie. Le drap sonore... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 03:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13.12.14

Harmonie Nocturne

  L'oreille aiguisée par la cécité nocturne. Les sons flottent en notes qui tintent en un mouvement perpétuel, tirent à elles l'attention auditive, sautillent, courent puis s'accrochent. Elles exigent, elles s'exigent, se figent, rigides puis souples, fluides puis saccadées, cruelles mais douces. Elles craquent la nuit, chancellent sous les reflets lunaires, s'exibent dans la nudité auditive. Une valse harmonique. L'harmonie qui valse.
Posté par Chromesthesia à 03:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13.12.14

Morphée s'en est allé

Morphée s'en est allé. Ses pieds traînent, lents et déviants. Il esquisse un demi-tour, danse sur un pied puis sur l'autre, hésite, vient, repart, s'arrête, stagne, puis s'asseoit.  Poussé par le temps, retenu par l'absence froide, Morphée est triste, Morphée n'est plus. Il voyage en de longs pèlerinages, allonge sa route, erre devant les vestiges mendiants du  bonheur affiché, du bonheur répété, à répéter. Il erre, impatient de repartir, latent mais loin, si loin, et pourtant si présent. Latence obsédante que couvrent les... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 03:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13.12.14

Les Sillons

     Les sillons se dessinent parmi les ombres diurnes. Profonds, masqués par la couche superficielle de l'écorce qui reflète le soleil. Les sillons se couvrent, se cachent, obscurcis par les mousses et les lichens; ils courent au hasard, jouent sous la conscience, se détachent de la surface, des regards. Veines creuses. Les mutilations habiles de la gouge. Les sillons s'enfouissent, s'isolent, se font racines d'une surface où quelques feuilles ont décidé de faire bonne figure. Désormais le gouffre est sombre.
Posté par Chromesthesia à 03:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13.12.14

Jupons Verdissants

     Pousse, pousse le fil vert ; tortillonnante, tourbillonnante, la ficelle végétale prend forme, s'allonge, s'étend, se détend. Sa danse invisible qu'ornent des scintillements cristallins allonge les jupons verdissants, légère et obscure, dans les airs flottante. Un brin nouveau prolonge les racines puissantes qui puisent dans le gouffre sous-jacent ; un brin autrefois sauvage, primitif,  désormais complexe, croissance inéluctable de chevelures fibreuses emmêlées  telles des amas de... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 03:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13.12.14

Tuméfaction

Douce l’amertume piquante ; de son dard émoussé, bourdonnant de colère, elle s’agite, se meut, de long en large, de bas en haut, tourne, fuit, revient, s’envole, s’attrape ; active. Elle s’enroule dans l’air, s’y renverse, s’y perd, le repousse, le piétine, le pique, le transperce, pique, pique. Pique encore. Délicieusement elle s’y applique, terrible, suave. Le petit venin vient. Le petit venin d’autrefois, des grands jours ; la nuit est belle. Le petit venin, bien. Les sourires écrasent les flots, l’effleurent, le venin. Survenu et... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28.10.14

Cafards

     Ils sont plats, ces cafards. Le dos courbé, rabougris, lourds, ils avancent et affichent la part la plus flatteuse de leur visage; lisse, brillante, presque attirante de ses reflets turquoises qu'imaginent les âmes poétiques. Mais leurs pattes, courtes, s'accrochent; et ils avancent, lourdement, presque injustement, avec leurs pattes courtes et pliées sous le poids de leur coque métallisée, incapables de se retourner en cas de besoin. La ruse du rusé désabuse, et seul, le cafard ne peut plus rien; sur le dos,... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29.09.14

Nappes Brumeuses

     Les nappes brumeuses s’élèvent sur la tiédeur polluante des routes. Fraîches, moites, elles trompent la rosée qui embaume, elles crèvent le vraisemblable, surprenantes, surprises au jour obscur. Le rêve roule ; la petite goutte effleure l’air et le regard, par hasard, la goutte qui tapote la route. Puis tragique, doux voile du paysage, elle est duveteuse ; le brouillard déploie ses plumes aquatiques un léger matin. La terre a la tête dans le nuage. Tel une auréole sombre, il encadre le paysage sous les lueurs... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05.09.14

Mer Montagneuse

     Belle, elle a revêtu sa robe bleue, sombre, mouvante dans son mouvement uniforme vers l'Ouest. Dansante, elle s'atténue puis se fond en une mer montagneuse que peint la lumière diffuse dans le ciel là où les nuages ont refusé de courir, de couvrir. Douce, elle s'agite imperceptiblement, écrit la beauté, matérialise la splendeur dans le mystère de sa création, aboutissement inachevé qui n'a de cesse de s'accomplir dans le souffle du vent, dans la course des nuages. Alors un oeil éveillé se noie en ces hauteurs... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :