22.11.14

Melancholia - Richard Wagner

Posté par Chromesthesia à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29.10.14

Behind Blue Eyes - Limp Bizkit

Posté par Chromesthesia à 01:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28.10.14

Cafards

     Ils sont plats, ces cafards. Le dos courbé, rabougris, lourds, ils avancent et affichent la part la plus flatteuse de leur visage; lisse, brillante, presque attirante de ses reflets turquoises qu'imaginent les âmes poétiques. Mais leurs pattes, courtes, s'accrochent; et ils avancent, lourdement, presque injustement, avec leurs pattes courtes et pliées sous le poids de leur coque métallisée, incapables de se retourner en cas de besoin. La ruse du rusé désabuse, et seul, le cafard ne peut plus rien; sur le dos,... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29.09.14

Nappes Brumeuses

     Les nappes brumeuses s’élèvent sur la tiédeur polluante des routes. Fraîches, moites, elles trompent la rosée qui embaume, elles crèvent le vraisemblable, surprenantes, surprises au jour obscur. Le rêve roule ; la petite goutte effleure l’air et le regard, par hasard, la goutte qui tapote la route. Puis tragique, doux voile du paysage, elle est duveteuse ; le brouillard déploie ses plumes aquatiques un léger matin. La terre a la tête dans le nuage. Tel une auréole sombre, il encadre le paysage sous les lueurs... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05.09.14

Mer Montagneuse

     Belle, elle a revêtu sa robe bleue, sombre, mouvante dans son mouvement uniforme vers l'Ouest. Dansante, elle s'atténue puis se fond en une mer montagneuse que peint la lumière diffuse dans le ciel là où les nuages ont refusé de courir, de couvrir. Douce, elle s'agite imperceptiblement, écrit la beauté, matérialise la splendeur dans le mystère de sa création, aboutissement inachevé qui n'a de cesse de s'accomplir dans le souffle du vent, dans la course des nuages. Alors un oeil éveillé se noie en ces hauteurs... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 00:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11.08.14

Subtilité Cristalline

    Le clavier chantant au fond d'une mémoire subjuguée s'actionne -toupie vivante sous le don de l'impulsion- dans l'air expiré par les touches qu'effleurent ces mains inspirées. La caresse auditive, d'abord douce puis calme dans un rythme régulier, la caresse auditive accélère, étrangement surprenante, cadeau d'intensité. Elle court, court, se poursuit elle-même, sous la main intense la grâcieuse mélodie; chargée elle s'évade, se déverse en abondance, en émotions, telle l'eau qui se précipite en Wasserfall, se... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03.08.14

Le ricochet

L'aiguille danse une valse, avide dans son geste de ces sensations qu'elle sent, qu'elle vit. L'aiguille valse rebondit sautille sans pauses sans accélérations dans un mouvement monotone objectif qui court et qui marche, qui s'enfuit. Et naît une fleur dans un bourgeon de bonheur qui ne tend qu'à croître; les pétales dépliants s'échappent du nœud liant qui ornait la tige verte, l'odeur se libère du bourgeon où tout étouffait, la lumière attire l'œil de quiconque s'y laisse prendre. Un instant. L'aiguille danse une valse rebondit... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25.07.14

Vide

Vide. Elle s'évadait. Elle penchait la tête en arrière, douce, les yeux clos, la bouche à peine souriante et la pommette bombée. La lumière caressait son chignon décoiffé ; ses cheveux glissaient lentement et se désolidarisaient de sa masse crânienne. Les courbes de son visage s'élançaient en ombrages et venaient rejoindre la forme d'un cou déployé. Vide. Elle s'évadait. Ses paupières voilaient tout. Son air béat et détendu prenait possession de son visage peu à peu. Imperturbable, elle pensait. Elle respirait. Dans la... [Lire la suite]
Posté par Chromesthesia à 23:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23.07.14

Désert

J'ai marché dans le désert, les pas lourds dans des montagnes de sable. J'ai marché. J'avais l'espoir de trouver non pas une oasis, mais une brise légère, un seul instant, qui aurait échappé à tous et serait venue se perdre auprès de moi. Mais il n'y avait plus d'air. Plus rien d'autre que du sable. Brûlant.
Posté par Chromesthesia à 01:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :